Sains en 1944













Ci-dessus: reconstitution de la photo originale. A gauche: Char Sherman US au carrefour  rue du Puits - la Chaussée.


Article du Journal Picardie Libre :
" 31 août, 6 heure du matin .
Du coté de la route de Paris on entend quelques rafales de mitrailleuses et des éclatements d'obus . Quelques camions allemands qui semblent assez pressés traversent le village et filent vers Boves . Les réfugiés partis comme chaque matin à leur travail, reviennent sur leurs pas car paraît-il , les allemands interdiraient le passage à la chicane de la rue Saint-Fuscien .
Deux gros tanks allemands arrivent alors de Rumigny renversant des pommiers , zigzaguant à travers champs . Arrivés à l'entrée du village, ils s'arrêtent et tirent en direction de la route de Paris, puis, sans perdre de plus de temps prennent eux aussi la route de Boves ; C'était les derniers ennemis combattants que nous devions voir .
Toujours des rafales de mitrailleuses , les canons se font plus violents . des explosions vers Amiens : étaient-ce les ponts qui sautaient?, nul ne savait. Juste après le bulletin d'informations de 9h30 le courant électrique se trouve coupé . C'est alors qu'une nouvelle incroyable circula , et que certains qualifièrent de fantaisiste : Dés 4 heures du matin , des Anglais étaient au Petit-Saint-Jean : Amiens était libéré .
Vers 11 heures , une petite voiture de couleur kaki fait son apparition , venant de Rumigny . Un de ses occupants dit à la première personne qu'il voit : "Y a t-il des Boches ici?" Réponse négative . La voiture entre dans le village sous les regards stupéfaits des habitants silencieux . Suivent trois autos blindées canadiennes . 

Chacun accourt , les premiers drapeaux tricolores sont hissés , les fusils de chasse déterrés . Des fermiers se joignent à quelques F.F.I ; les Allemands tiraillent encore dans les bois .
Les Canadiens s'en sont allés par la route de Boves . Nous sommes libérés .





Ci-dessus: photo datée au 31 août 1944 à 9h00
Le véhicule léger, malheureusement flou, semble être un "Daimler MK II Dingo".

A gauche :
Colonne de GMC stationnés rue de la Vierge Marie et place de la Ville.


André Loisy-Jarnier, chef des Francs Tireurs Partisan de la Somme, nommé commandant départemental des Forces Françaises de l’Intérieur (FFI), rencontre les alliés.

"Ces troupes ( Anglais) se sont concentrées à Sains-en-Amiénois. Les tâches des FFI à accomplir avant l'entrée des chars britanniques ont été fixées" René Lamps - Lieutenant FFI















Ci-dessus : le Sherman remonte la rue du Puits vers  la place de la Ville.

Ci-contre : Sans doute le même char à l'arrêt. 







Pour les témoins de cette libération, c'est le doute jusqu'au dernier moment.
Après le passage des 2 (ou 3) derniers chars Allemands, une poignée d'habitants armés se placent à l'entrée de Sains, au carrefour de la mare. Venant de Rumigny, des véhicules sont vus se diriger vers Sains. On donne l'alerte. Des enfants présents se cachent dans la pature voisine. Ce n'est qu'à l'approche des engins que l'on reconnaît les alliés.




En remerciant M. François Delécolle et M. François Massart pour la mise à disposition des photos.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :