L'église

L' église, telle que nous la voyons aujourd'hui, est la 3ème église de Sains.


Elle remplace l'église romane édifiée vers l'année 1105 par Enguerrand de Boves sur le lieu de la chapelle bâtie par les soins de Childebert au-dessus du tombeau de nos Saints Martyrs, à l'époque de la découverte de leurs reliques vers l'an 555.

L'église actuelle a donc été reconstruite à l'endroit du sanctuaire mérovingien, et prolongée dans la direction occidentale, à la suite des guerres intestines dont le voisinage d'Amiens a été le théâtre au XVéme siècle.

Le 11 avril 1511, elle a été consacrée en l'honneur de la Sainte Vierge et des Saints Martyrs Fuscien, Victoric et Gentien par Nicolas de la Couture, évêque d'Hébron, suffragant de François d'Halluin, évêque d'Amiens.

On y retrouve des caractères de XVéme et XVIéme siècle. Elle se compose d'une nef et d'un bas côté. Ses six arcades en ogive qui séparent la nef du bas côté s'appuient sur des piliers ornés de modules, mais sans chapiteaux, comme dans ceux de Saint-Leu d'Amiens.

 

La construction du Chœur eut lieu peu de temps avant la révolution, ainsi que l'atteste une date écrite sur une poutre de ce côté, et la mention manuscrite de l'évêché faisant connaître qu'en 1787 on allait bâtir une partie du bas côté.

 

L'église de Sains se glorifie de posséder un des plus anciens monuments de l'architecture religieuse dans la région Picarde : le mausolée de ses Saints Martyrs. Il est fait d'une seule pierre de La Faloise atteignant presque la beauté du liais.

Ce monument principal trésor de l'église, a 2,26 m de longueur sur 1,11 m de largeur et environ 30 centimètres d'épaisseur ; il est supporté par six piliers composés de quatre colonnettes d'environ 45 centimètres de hauteur, reposant sur une grande dalle de pierre sous laquelle existe encore, bien que brisé, l'antique sarcophage dans lequel les corps des martyrs ont reposé jusqu'au IX ème siècle

 

Les archéologues s'accordent à placer l'érection de ce monument vers la fin du XIIème siècle ou au commencement du XIIIème.

L'administration des Beaux-Arts a classé, en 1862, ce joyau artistique parmi les monuments historiques.

 


L'église possède également des fonts baptismaux, eux aussi du XIIéme siècle, et classés Monument Historique depuis 1907.

Texte extrait de L'écho Paroissial de Mai 1913

 Pierre  LEPOETRE